Peut-on faire du bio en grande culture ?

  • Le potager du paresseux - Produire en abondance des légumes bio en phénoculture, sans compost, sans travail du sol, sans buttes - nouvelle édition augmentée et illustrée (02)
  • NABALI FAIRKOST Zaatar & Sumac selon Ottolenghi produit de qualité en provenance de Palestine par I 100% naturel aromatique traditionnel oriental frais végétal I sans conservateur (100 g)
    100% PALESTINE pour votre cuisine - Zaatar à base d'épices de Palestine : thym, sumac, sésame grillés et une pincée de sel - comme le voudraient les chefs célèbres comme Ottolenghi NATURELS - Nos mélanges d'épices naturels sont bien sûr produits SANS arômes artificiels, SANS conservateurs, SANS génie génétique et SANS exhausteurs de goût POLYVALENTS - Zaatar & Sumac Nabali, parfaits comme cadeau, pour les plats du livre de cuisine Jérusalem de Ottolenghis, pour les légumes au four, la vinaigrette. Idéals pour le régime végétarien / végétalien BIO ÉQUITABLE - Notre jeune entreprise de Düsseldorf agit sur un plan durable et écologique - de la culture à l'emballage - avec des produits provenant de régions économiquement défavorisées SERVICE - Votre satisfaction est notre souhait. Si vous avez des questions, nous sommes toujours disponibles par téléphone ou e-mail. Si vous n'êtes pas satisfait, nous trouverons une solution fiable
  • The New Encyclopedia of Modern Bodybuilding: The Bible of Bodybuilding, Fully Updated and Revised
    Expert advice on the prevention and treatment of sports-related injuries Arnold's tried and true tips for sculpting, strengthening, and defining each and every muscle to create the ultimate buff physique The most effective methods of strength training to suit our needs, whether you're an amateur athlete or a pro bodybuilder preparing for a competition And, of course, Arnold's individual brand of inspiration and motivation throughout Strategies and tactics for competive bodybuilders from selecting poses to handling publicity
  • PandaHall Lot de 230pcs 10 Couleurs Perle en Verre Perle Rond Perles Lisses en Satin Minuscules pour DIY Fabrication de Bijoux Collier Bracelet, 8mm, Trou: 0.7mm
    10 Couleurs Fixe: Pour répondre à vos différents besoins. Vous pouvez choisir la couleur que vous aimez faire de l'artisanat. Application: Idéal pour la fabrication de DIY bracelet, collier, boucles d'oreilles, robe decoration, art floral, un châle, des motifs de tricots, décoration de vêtements, bijoux accessoire, cadeaux et les autres artisanats manuels. Matériel de Haute Qualité: Fait de verre, perles sont vraiment super jolies, perles de couleurs nacrées avec un rendu très joli! L'artisanat exquis et conception mignonne! Ils sont de bonne qualité et abordable prix. Boite de rangement très pratique: Boite en plastique est inclus qui peut vous aider a stocker les perles de verre facilement. Taille: environ 8 mm de diamètre, trou: 0.7 mm; environ 23pcs / compartiment, 230pcs / boîte.

Toute monoculture est instable, et la lutte biologique n’est pas une panacée.

Même bio, l’agriculture à grande échelle a trois han­di­caps ma­jeurs pour être vrai­ment du­rable : elle reste es­sen­tiel­le­ment ba­sée sur des par­celles en mo­no­cul­ture, elle doit se plier aux exi­gences d’un cir­cuit de dis­tri­bu­tion in­dus­triel, et elle porte les coûts ca­chés d’un mo­dèle cen­tra­lisé. Peut-être que la conver­sion de notre agri­cul­ture pro­duc­ti­viste aux mé­thodes bio­lo­giques se­rait l’occasion de dés­in­dus­tria­li­ser l’agriculture.

Mo­no­cul­ture, dés­équi­libres, interventionnisme

Les tech­niques de se­mis di­rect sous cou­vert dé­crites par exemple par Claude Bour­gui­gnon, ou bien tes­tées par les agri­cool­teurs mettent le res­pect des sols à la por­tée de la grande culture. Le sol se re­cons­ti­tue, la faune en­do­gée pros­père, les plantes sont en meilleure santé. C’est ré­vo­lu­tion­naire, mais ça reste es­sen­tiel­le­ment de la mo­no­cul­ture. Une seule va­riété, se­mée avec la plus grande ré­gu­la­rité sur une vaste par­celle, ça ne fait pas un éco­sys­tème. Or la théo­rie de l’évolution nous ap­prend une chose : si les éco­sys­tèmes spon­ta­nés contiennent une telle bio­di­ver­sité, c’est que c’est jus­te­ment cette bio­di­ver­sité qui leur a per­mis de sur­vivre jusqu’à nous. Il n’y a pas d’écosystème uni­forme dans la na­ture, parce que ces éco­sys­tèmes n’ont pas sur­vécu. J’en conclus qu’une par­celle uni­forme, propre, ran­gée, c’est une par­celle en sur­sis. Même en bio, l’équilibre est instable.

Le meilleur que sau­rait faire la grande culture, ça se­rait des par­celles en bandes longues, de la lar­geur d’une mois­son­neuse, sé­pa­rées par des haies cham­pêtres. Et comme un arc-en-ciel, on al­ter­ne­rait les es­pèces dans les bandes : fraises, blé, soja, taillis de saule, pa­tates, orge, colza, lu­zerne, ray-grass, re-fraises, etc. Déjà ça, ça se­rait beau, et peut-être suf­fi­sam­ment stable pour sur­vivre d’une sai­son sur l’autre. En fait, c’est la haie qui pro­cu­re­rait la bio­di­ver­sité, puisqu’on y lais­se­rait pous­ser toutes les es­pèces vé­gé­tales pos­sibles, et toute la faune qui va avec. Les pré­da­teurs ne se­raient donc ja­mais à plus d’une-demi fau­chée de mois­son­neuse de leurs proies, ce qui est un gage de robustesse.

Tou­te­fois, ça n’en reste pas moins de longues éten­dues plan­tées de la même va­riété. Et quand un en­va­his­seur at­teint une de ces bandes sans que son pré­da­teur na­tu­rel soit pré­sent (par exemple un re­doux pré­coce fai­sant éclore un in­secte pa­ra­site avant le re­tour des oi­seaux qui s’en nour­rissent), c’est toute la bande qui est at­teinte. Si l’agriculteur ne peut pas se per­mettre de perdre une bande, il lui fau­dra in­ter­ve­nir. Et je suis un fa­rouche li­bé­ral en ce qui concerne l’agriculture : toute in­ter­ven­tion est un échec, que le trai­te­ment soit au­to­risé par le ca­hier des charges du la­bel AB ou pas.

Ac­ci­dents dans la lutte biologique

Même bio, la grande culture res­tera donc ca­rac­té­ri­sée par cette fra­gi­lité in­trin­sèque de la mo­no­cul­ture, donc par des ac­ci­dents et des in­ter­ven­tions cu­ra­tives, sui­vies de re­com­man­da­tions d’interventions pré­ven­tives, les­quelles in­dui­ront des dés­équi­libres qui pro­vo­que­ront d’autres ac­ci­dents. On risque d’assister au même genre de fuite en avant que dans l’agriculture chi­mique, sim­ple­ment avec des pro­duits qu’on consi­dère moins dan­ge­reux. La lutte bio­lo­gique n’est mal­heu­reu­se­ment pas une pa­na­cée et nous offre suf­fi­sam­ment d’exemples de ba­vures re­gret­tables pour nous in­ci­ter à la prudence.

Quelques exemples :

  • La myxo­ma­tose est un vi­rus d’Amérique du Sud, in­tro­duit en Au­tra­lie pour contrô­ler les po­pu­la­tions in­va­sives de la­pins. Elle a en­suite été in­tro­duite en Eu­rope, et a fait des ra­vages dans nos po­pu­la­tions de la­pins, si bien que main­te­nant on doit vac­ci­ner nos lapins
  • Cac­to­blas­tis cac­to­rum est un pa­pillon d’Amérique du Sud in­tro­duit en Aus­tra­lie (la ré­pé­ti­tion est in­ten­tion­nelle) pour contrô­ler l’invasion de fi­guiers de bar­ba­rie (Opun­tia Ficus-Indica). Cette ini­tiave a long­temps été ci­tée en exemple comme l’une des grandes réus­sites de la lutte bio­lo­gique. Sauf que main­te­nant, la bes­tiole a ga­gné l’Amérique Cen­trale et du Nord, et me­naces les es­pèces en­dé­miques de cac­tus, ainsi que le re­venu agri­cole de nom­breux agri­cul­teurs mexicains.
  • Le cra­paud buffle est un cra­paud d’Amérique du Sud, qui a été in­tro­duit en Aus­tra­lie (en­core ?) pour man­ger les in­sectes pa­ra­sites de la canne à sucre. Comme il a ten­dance à em­poi­son­ner les pré­da­teurs in­di­gènes, il se ré­pand comme … des lapins.
  • La Gam­bu­sie est un pe­tit pois­son du Golfe du Mexique, qui se nour­rit entre autres de larves de mous­tiques, et qui a été in­tro­duit un peu par­tout pour lut­ter contre le pa­lu­disme. Comme il ne se contente pas de man­ger les mous­tiques, il me­nace de très nom­breuses es­pèces en­dé­miques (en par­ti­cu­lier en Australie)
  • Rhi­no­cyl­lus co­ni­cus est un genre de cha­ran­çon na­tif d’Eurasie et d’Afrique du Nord qui a été in­tro­duit en Amé­rique du Nord pour man­ger les mau­vais char­dons. Mais il mange aussi les gen­tils char­dons, et il a fini par mettre en dan­ger les char­dons na­tifs de là-bas.
  • Des man­goustes ont été in­tro­duites à Ha­waii pour ve­nir à bout des in­va­sions de rats. Ap­pa­rem­ment, elles pré­fèrent faire dis­pa­raître les es­pèces en­dé­miques d’oiseaux. [ref]
  • etc.

Va­rié­tés, et cir­cuits de distribution

La pro­duc­tion in­dus­trielle pro­duit des quan­ti­tés in­dus­trielles, donc né­ces­site une dis­tri­bu­tion in­dus­trielle, et in fine du trans­port. Ce qu’on gagne avec l’efficacité de la mé­ca­ni­sa­tion d’un côté, on le re­perd en grande par­tie en un ré­seau de trans­port, de contrôle, et de dis­tri­bu­tion com­plexe et ra­mi­fié. Il ne faut pas ou­blier en ef­fet qu’un su­per­ma­ché, même bio, concentre d’énormes gas­pillages, au pre­mier rang des­quels les tra­jets en ca­mion des den­rées, les par­kings, le chauf­fage du su­per­mar­ché pen­dant qu’on ré­fri­gère les bacs, et les tra­jets en voi­ture par­ti­cu­lière des consom­ma­teurs (qui ne sont ja­mais comptés).

Pour per­mettre ce trans­port et cette dis­tri­bu­tion, les va­rié­tés doivent être sé­lec­tion­nées non pas pour le goût ou les va­leurs nu­tri­tives, mais pour la ro­bus­tesse au stress mé­ca­nique et ther­mique. On conti­nue alors de vivre sur les va­rié­tés in­dus­trielles de pommes, de to­mates, ou de cour­gettes. Ceci est à nou­veau un frein à la diversité.

Quels coûts se cachent der­rière les éco­no­mies d’échelle ?

Comme l’a prouvé Ivan Illitch, une bonne par­tie du mo­dèle in­dus­triel re­pose sur la foi dog­ma­tique que l’industrialisation d’un sys­tème de pro­duc­tion conduit tou­jours à des éco­no­mies d’échelles. En outre, le mi­racle du pé­trole bon mar­ché a mas­qué pen­dant cin­quante ans les coûts du trans­port. S’il est vrai que les dé­buts de la ré­vo­lu­tion in­dus­trielle (ou de la ré­vo­lu­tion verte) ont oc­ca­sionné des aug­men­ta­tions no­tables de pro­duc­tion, il faut se de­man­der si ce n’était pas da­van­tage un ef­fet de modernisation/rationalisation, voire de pillage du pa­tri­moine et des res­sources. Je crois que le mo­dèle in­dus­triel ap­pli­qué à l’agriculture, en ou­bliant tous les coûts ex­ternes, re­pré­sente en fait des dés­éco­no­mies d’échelle considérables.

On croit qu’un agri­cul­teur peut nour­rir à lui seul des cen­taines de fa­milles. Un mi­racle d’efficacité in­dus­trielle. En fait, il n’est que le som­met de l’iceberg agroa­li­men­taire, et der­rière lui se cachent le tech­ni­cien de la chambre d’agriculture, le ven­deur de trac­teurs, l’ouvrier qui a construit le trac­teur, son pa­tron, le comp­table de son pa­tron, l’agent du Cré­dit Agri­cole, le ven­deur d’intrants, l’ouvrier qui a construit l’usine qui fa­brique les en­grais, le chauf­feur qui amène les ali­ments, le chauf­feur qui em­mène les bêtes, le chauf­feur qui amène le fioul, le chauf­feur qui dis­tri­bue les car­casses, le bou­cher qui dé­coupe les car­casses, le ven­deur qui met les steaks sous plas­tique et en rayon, la cais­sière qui bipe le code barre, l’ouvrier qui a construit la voi­ture du consom­ma­teur, etc. et j’en oublie.

En­vi­ron un sep­tième du re­venu des mé­nages est consa­cré au bud­get agro-alimentaire. Ainsi, pour nour­rir 100 fa­milles, il faut en fait 13 per­sonnes à plein temps en plus de l’agriculteur pour faire tour­ner le reste de la fi­lière. Et à chaque fois qu’on veut aug­men­ter la pro­duc­ti­vité d’un agri­cul­teur, on gé­nère des coûts sup­plé­men­taires ailleurs dans la fi­lière (re­cherche en OGM, nou­velles ma­chines agri­coles, trans­ports plus loin­tains), et de plus en plus sou­vent à l’extérieur de la fi­lière (santé pu­blique, crises sa­ni­taires et éco­lo­giques, sub­ven­tions, ex­por­ta­tions ‘for­cées’, mi­sère des pauvres des pays pauvres, dé­lo­ca­li­sa­tions, ap­pau­vris­se­ment des pauvres des pays riches).

Le sys­tème in­dus­triel n’est donc pas aussi ef­fi­cace qu’on croit. Et c’est fi­na­le­ment une bonne nou­velle : l’argument ‘c’est trop cher’ ne tient plus, et on peut en­vi­sa­ger de re­ve­nir à une agri­cul­ture pay­sanne plus gour­mande en tra­vail aux champs, sans craindre d’augmenter le coût total.

Quel bon ni­veau de ‘désindustrialisation’ ?

En ef­fet, une ex­ploi­ta­tion de plus pe­tite taille, si elle né­ces­site plus de main d’oeuvre pour pro­duire, de­mande moins de monde pour dis­tri­buer. Contrai­re­ment à un Au­chan, un mar­ché de pro­duc­teurs n’a pas be­soin de chefs de rayon, de ma­nu­ten­tion­naires, de vi­giles, d’agents de net­toyage, ou bien de di­rec­teur des achats. En pas­sant à des cir­cuits courts, on ré­duit consi­dé­ra­ble­ment les in­ter­mé­diaires et les sur­coûts (pla­te­forme lo­gis­tique, en­tre­pôts fri­go­ri­fiques, semi-remorques char­riant des ca­gettes à tra­vers toute l’Europe, …). Une agri­cul­ture pay­sanne de­mande aussi moins d’investissements en ma­té­riel, donc moins d’ouvriers à la chaîne pour construire des gros tracteurs.

Où se­ront tous ces gens li­bé­rés de la né­bu­leuse agro-alimentaire in­dus­trielle ? Aux champs. Si la nou­velle agri­cul­ture pay­sanne n’est pas plus coû­teuse que le mo­dèle in­dus­triel, alors on aura sim­ple­ment trans­formé des tra­vailleurs ur­bains en pay­sans. Au pas­sage, en re­peu­plant ainsi les cam­pagnes, on ré­duit les dis­tances entre pro­duc­teur et consom­ma­teur, ce qui amé­liore en­core l’efficacité.

Pour que ce sys­tème ne soit pas plus coû­teux que le sys­tème ac­tuel (et je ne compte pas les coûts ca­chés), il fau­drait qu’un pay­san tra­vaillant en cir­cuit court (AMAP ou mar­ché de pro­duc­teurs) puisse nour­rir 7 fa­milles. Ca doit être fai­sable, non ?

  • Mon petit jardin en permaculture
  • Grand champignon XXL 10 kg - Culture champignon I Hawlik Champignon I Facile à cultiver soi-même I Sans connaissances préalables I Cadeau
    Champignons à cultiver soi-même. Sans connaissances préalables ou mains vertes. Cultivez des champignons frais à tout moment. Avec notre kit d'élevage de champignons, vous pouvez réussir en un tour de main Rendement jusqu'à 4 kg. Avec la culture de champignons en pierre Hawlik, récoltez facilement des champignons chez vous. La culture peut également être conservée pendant deux semaines jusqu'à ce qu'elle soit activée Depuis plus de 30 ans, l'entreprise familiale Hawlik Champzbrut est synonyme de qualité supérieure dans le domaine de l'élevage des champignons. Que ce soit pour faire pousser de la paille avec des chevilles ou pour la brousse champignon. Nous connaissons. Une qualité que l'on savoure. Produits frais sans additifs ni engrais. Vous connaissez ici l'origine. Quel que soit le plat que vous cuisinez. Les champignons frais complètent parfaitement chaque repas. Idée cadeau Pourquoi acheter des champignons au supermarché alors que vous pouvez cultiver vous-même un jeu d'enfant ? Essayez-le ! Vous serez étonné par la manipulation et le rendement du kit de culture de champignons.
  • Lilo, le potager d’intérieur autonome de Prêt à Pousser - Nouvelle Generation - Cultivez toute l’année simplement - Inclus Basilic, Menthe et Ciboulette
    Marre de tuer votre basilic ? Avec le potager d’intérieur Lilo, soyez assuré de belles récoltes toute l’année. Les nouvelles capsules garantissent des conditions de pousse encore plus adaptées aux besoins des plantes. Aromates, fleurs et même petits légumes, c’est si simple que même les mains gauches vont devenir vertes ! ⌛ AUTONOME : Insérez la capsule dans le flotteur. Ajoutez de l’eau. Renouvelez toutes les deux semaines. Lilo s’occupe de faire grandir vos plantes ! ☀️ TOUT EN UN : Lilo réunit les conditions idéales de pousse : une lumière LED basse consommation ainsi que des capsules renfermant les graines et les nutriments nécessaires au bon développement des plantes. Vous n’avez besoin de rien d’autre, tout est déjà inclus ! 🍃 NATUREL : Nos graines sont BIO ou non traitées. Nos capsules biodégradables peuvent être rempotées ou mises au compost en fin de pousse. Les capsules Basilic, Menthe et Ciboulette sont offertes avec votre Lilo. 👋 A PORTEE DE MAIN : Au bout d'un mois, vous pouvez commencer à déguster vos récoltes, et ce pendant 3 mois. Remplacez-les ensuite par de nouvelles capsules et découvrez de nouvelles saveurs !
  • La forêt-jardin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *