Peut-on faire du bio en grande culture ?

  • Cultures Bio Complex - 20 milliards d'UFC avec 8 souches de bactéries - Capsules de force et de puissance maximales - Fabriqué au Royaume-Uni par Nutravita
    POTENCE MAXIMALE 20 MILLIARDS CFU - Chaque capsule facile à avaler est remplie de bactéries viables de la plus haute qualité à 20 milliards d'UFC par capsule, et avec un complexe de 8 souches, vous pouvez être assuré que vous achetez l'un des meilleurs produits proposés. HAUTE PURETÉ ET HAUTE PUISSANCE - Les capsules Bio Complex Cultures de Nutravita ne contiennent pas de colorants ni d'arômes artificiels. Les nouvelles cultures bio complexes de Nutravita fournissent des ingrédients purs et sans contaminants. Sans gluten, sans lactose et sans noix. CERTIFIÉ GMP & SANS OGM - Tous les produits Nutravita sont formulés et fabriqués dans des installations de fabrication de pointe au Royaume-Uni. Fonctionnement selon la norme GMP et l'accréditation BRC Grade A pour les normes alimentaires mondiales. ACHETEZ EN TOUTE CONFIANCE - Nutravita est une marque britannique bien établie, à laquelle font confiance des clients du monde entier. Tout ce que nous fabriquons est fabriqué ici même au Royaume-Uni en utilisant des ingrédients de la plus haute pureté et protégé par les normes de fabrication les plus élevées au monde (GMP et BRC) QUELLE EST L'HISTOIRE DERRIÈRE NUTRAVITA? - Nutravita est une entreprise familiale établie au Royaume-Uni en 2014 - depuis lors, nous sommes devenus une marque reconnue et reconnue de vitamines et suppléments par nos clients à travers le monde. Nos produits sont de haute qualité - tout ce que nous fabriquons est fabriqué et certifié au Royaume-Uni et protégé par les normes de fabrication les plus élevées au monde (GMP, BRC).
  • Mon petit jardin en permaculture
  • The New Encyclopedia of Modern Bodybuilding: The Bible of Bodybuilding, Fully Updated and Revised

Toute monoculture est instable, et la lutte biologique n’est pas une panacée.

Même bio, l’agriculture à grande échelle a trois han­di­caps ma­jeurs pour être vrai­ment du­rable : elle reste es­sen­tiel­le­ment ba­sée sur des par­celles en mo­no­cul­ture, elle doit se plier aux exi­gences d’un cir­cuit de dis­tri­bu­tion in­dus­triel, et elle porte les coûts ca­chés d’un mo­dèle cen­tra­lisé. Peut-être que la conver­sion de notre agri­cul­ture pro­duc­ti­viste aux mé­thodes bio­lo­giques se­rait l’occasion de dés­in­dus­tria­li­ser l’agriculture.

Mo­no­cul­ture, dés­équi­libres, interventionnisme

Les tech­niques de se­mis di­rect sous cou­vert dé­crites par exemple par Claude Bour­gui­gnon, ou bien tes­tées par les agri­cool­teurs mettent le res­pect des sols à la por­tée de la grande culture. Le sol se re­cons­ti­tue, la faune en­do­gée pros­père, les plantes sont en meilleure santé. C’est ré­vo­lu­tion­naire, mais ça reste es­sen­tiel­le­ment de la mo­no­cul­ture. Une seule va­riété, se­mée avec la plus grande ré­gu­la­rité sur une vaste par­celle, ça ne fait pas un éco­sys­tème. Or la théo­rie de l’évolution nous ap­prend une chose : si les éco­sys­tèmes spon­ta­nés contiennent une telle bio­di­ver­sité, c’est que c’est jus­te­ment cette bio­di­ver­sité qui leur a per­mis de sur­vivre jusqu’à nous. Il n’y a pas d’écosystème uni­forme dans la na­ture, parce que ces éco­sys­tèmes n’ont pas sur­vécu. J’en conclus qu’une par­celle uni­forme, propre, ran­gée, c’est une par­celle en sur­sis. Même en bio, l’équilibre est instable.

Le meilleur que sau­rait faire la grande culture, ça se­rait des par­celles en bandes longues, de la lar­geur d’une mois­son­neuse, sé­pa­rées par des haies cham­pêtres. Et comme un arc-en-ciel, on al­ter­ne­rait les es­pèces dans les bandes : fraises, blé, soja, taillis de saule, pa­tates, orge, colza, lu­zerne, ray-grass, re-fraises, etc. Déjà ça, ça se­rait beau, et peut-être suf­fi­sam­ment stable pour sur­vivre d’une sai­son sur l’autre. En fait, c’est la haie qui pro­cu­re­rait la bio­di­ver­sité, puisqu’on y lais­se­rait pous­ser toutes les es­pèces vé­gé­tales pos­sibles, et toute la faune qui va avec. Les pré­da­teurs ne se­raient donc ja­mais à plus d’une-demi fau­chée de mois­son­neuse de leurs proies, ce qui est un gage de robustesse.

Tou­te­fois, ça n’en reste pas moins de longues éten­dues plan­tées de la même va­riété. Et quand un en­va­his­seur at­teint une de ces bandes sans que son pré­da­teur na­tu­rel soit pré­sent (par exemple un re­doux pré­coce fai­sant éclore un in­secte pa­ra­site avant le re­tour des oi­seaux qui s’en nour­rissent), c’est toute la bande qui est at­teinte. Si l’agriculteur ne peut pas se per­mettre de perdre une bande, il lui fau­dra in­ter­ve­nir. Et je suis un fa­rouche li­bé­ral en ce qui concerne l’agriculture : toute in­ter­ven­tion est un échec, que le trai­te­ment soit au­to­risé par le ca­hier des charges du la­bel AB ou pas.

Ac­ci­dents dans la lutte biologique

Même bio, la grande culture res­tera donc ca­rac­té­ri­sée par cette fra­gi­lité in­trin­sèque de la mo­no­cul­ture, donc par des ac­ci­dents et des in­ter­ven­tions cu­ra­tives, sui­vies de re­com­man­da­tions d’interventions pré­ven­tives, les­quelles in­dui­ront des dés­équi­libres qui pro­vo­que­ront d’autres ac­ci­dents. On risque d’assister au même genre de fuite en avant que dans l’agriculture chi­mique, sim­ple­ment avec des pro­duits qu’on consi­dère moins dan­ge­reux. La lutte bio­lo­gique n’est mal­heu­reu­se­ment pas une pa­na­cée et nous offre suf­fi­sam­ment d’exemples de ba­vures re­gret­tables pour nous in­ci­ter à la prudence.

Quelques exemples :

  • La myxo­ma­tose est un vi­rus d’Amérique du Sud, in­tro­duit en Au­tra­lie pour contrô­ler les po­pu­la­tions in­va­sives de la­pins. Elle a en­suite été in­tro­duite en Eu­rope, et a fait des ra­vages dans nos po­pu­la­tions de la­pins, si bien que main­te­nant on doit vac­ci­ner nos lapins
  • Cac­to­blas­tis cac­to­rum est un pa­pillon d’Amérique du Sud in­tro­duit en Aus­tra­lie (la ré­pé­ti­tion est in­ten­tion­nelle) pour contrô­ler l’invasion de fi­guiers de bar­ba­rie (Opun­tia Ficus-Indica). Cette ini­tiave a long­temps été ci­tée en exemple comme l’une des grandes réus­sites de la lutte bio­lo­gique. Sauf que main­te­nant, la bes­tiole a ga­gné l’Amérique Cen­trale et du Nord, et me­naces les es­pèces en­dé­miques de cac­tus, ainsi que le re­venu agri­cole de nom­breux agri­cul­teurs mexicains.
  • Le cra­paud buffle est un cra­paud d’Amérique du Sud, qui a été in­tro­duit en Aus­tra­lie (en­core ?) pour man­ger les in­sectes pa­ra­sites de la canne à sucre. Comme il a ten­dance à em­poi­son­ner les pré­da­teurs in­di­gènes, il se ré­pand comme … des lapins.
  • La Gam­bu­sie est un pe­tit pois­son du Golfe du Mexique, qui se nour­rit entre autres de larves de mous­tiques, et qui a été in­tro­duit un peu par­tout pour lut­ter contre le pa­lu­disme. Comme il ne se contente pas de man­ger les mous­tiques, il me­nace de très nom­breuses es­pèces en­dé­miques (en par­ti­cu­lier en Australie)
  • Rhi­no­cyl­lus co­ni­cus est un genre de cha­ran­çon na­tif d’Eurasie et d’Afrique du Nord qui a été in­tro­duit en Amé­rique du Nord pour man­ger les mau­vais char­dons. Mais il mange aussi les gen­tils char­dons, et il a fini par mettre en dan­ger les char­dons na­tifs de là-bas.
  • Des man­goustes ont été in­tro­duites à Ha­waii pour ve­nir à bout des in­va­sions de rats. Ap­pa­rem­ment, elles pré­fèrent faire dis­pa­raître les es­pèces en­dé­miques d’oiseaux. [ref]
  • etc.

Va­rié­tés, et cir­cuits de distribution

La pro­duc­tion in­dus­trielle pro­duit des quan­ti­tés in­dus­trielles, donc né­ces­site une dis­tri­bu­tion in­dus­trielle, et in fine du trans­port. Ce qu’on gagne avec l’efficacité de la mé­ca­ni­sa­tion d’un côté, on le re­perd en grande par­tie en un ré­seau de trans­port, de contrôle, et de dis­tri­bu­tion com­plexe et ra­mi­fié. Il ne faut pas ou­blier en ef­fet qu’un su­per­ma­ché, même bio, concentre d’énormes gas­pillages, au pre­mier rang des­quels les tra­jets en ca­mion des den­rées, les par­kings, le chauf­fage du su­per­mar­ché pen­dant qu’on ré­fri­gère les bacs, et les tra­jets en voi­ture par­ti­cu­lière des consom­ma­teurs (qui ne sont ja­mais comptés).

Pour per­mettre ce trans­port et cette dis­tri­bu­tion, les va­rié­tés doivent être sé­lec­tion­nées non pas pour le goût ou les va­leurs nu­tri­tives, mais pour la ro­bus­tesse au stress mé­ca­nique et ther­mique. On conti­nue alors de vivre sur les va­rié­tés in­dus­trielles de pommes, de to­mates, ou de cour­gettes. Ceci est à nou­veau un frein à la diversité.

Quels coûts se cachent der­rière les éco­no­mies d’échelle ?

Comme l’a prouvé Ivan Illitch, une bonne par­tie du mo­dèle in­dus­triel re­pose sur la foi dog­ma­tique que l’industrialisation d’un sys­tème de pro­duc­tion conduit tou­jours à des éco­no­mies d’échelles. En outre, le mi­racle du pé­trole bon mar­ché a mas­qué pen­dant cin­quante ans les coûts du trans­port. S’il est vrai que les dé­buts de la ré­vo­lu­tion in­dus­trielle (ou de la ré­vo­lu­tion verte) ont oc­ca­sionné des aug­men­ta­tions no­tables de pro­duc­tion, il faut se de­man­der si ce n’était pas da­van­tage un ef­fet de modernisation/rationalisation, voire de pillage du pa­tri­moine et des res­sources. Je crois que le mo­dèle in­dus­triel ap­pli­qué à l’agriculture, en ou­bliant tous les coûts ex­ternes, re­pré­sente en fait des dés­éco­no­mies d’échelle considérables.

On croit qu’un agri­cul­teur peut nour­rir à lui seul des cen­taines de fa­milles. Un mi­racle d’efficacité in­dus­trielle. En fait, il n’est que le som­met de l’iceberg agroa­li­men­taire, et der­rière lui se cachent le tech­ni­cien de la chambre d’agriculture, le ven­deur de trac­teurs, l’ouvrier qui a construit le trac­teur, son pa­tron, le comp­table de son pa­tron, l’agent du Cré­dit Agri­cole, le ven­deur d’intrants, l’ouvrier qui a construit l’usine qui fa­brique les en­grais, le chauf­feur qui amène les ali­ments, le chauf­feur qui em­mène les bêtes, le chauf­feur qui amène le fioul, le chauf­feur qui dis­tri­bue les car­casses, le bou­cher qui dé­coupe les car­casses, le ven­deur qui met les steaks sous plas­tique et en rayon, la cais­sière qui bipe le code barre, l’ouvrier qui a construit la voi­ture du consom­ma­teur, etc. et j’en oublie.

En­vi­ron un sep­tième du re­venu des mé­nages est consa­cré au bud­get agro-alimentaire. Ainsi, pour nour­rir 100 fa­milles, il faut en fait 13 per­sonnes à plein temps en plus de l’agriculteur pour faire tour­ner le reste de la fi­lière. Et à chaque fois qu’on veut aug­men­ter la pro­duc­ti­vité d’un agri­cul­teur, on gé­nère des coûts sup­plé­men­taires ailleurs dans la fi­lière (re­cherche en OGM, nou­velles ma­chines agri­coles, trans­ports plus loin­tains), et de plus en plus sou­vent à l’extérieur de la fi­lière (santé pu­blique, crises sa­ni­taires et éco­lo­giques, sub­ven­tions, ex­por­ta­tions ‘for­cées’, mi­sère des pauvres des pays pauvres, dé­lo­ca­li­sa­tions, ap­pau­vris­se­ment des pauvres des pays riches).

Le sys­tème in­dus­triel n’est donc pas aussi ef­fi­cace qu’on croit. Et c’est fi­na­le­ment une bonne nou­velle : l’argument ‘c’est trop cher’ ne tient plus, et on peut en­vi­sa­ger de re­ve­nir à une agri­cul­ture pay­sanne plus gour­mande en tra­vail aux champs, sans craindre d’augmenter le coût total.

Quel bon ni­veau de ‘désindustrialisation’ ?

En ef­fet, une ex­ploi­ta­tion de plus pe­tite taille, si elle né­ces­site plus de main d’oeuvre pour pro­duire, de­mande moins de monde pour dis­tri­buer. Contrai­re­ment à un Au­chan, un mar­ché de pro­duc­teurs n’a pas be­soin de chefs de rayon, de ma­nu­ten­tion­naires, de vi­giles, d’agents de net­toyage, ou bien de di­rec­teur des achats. En pas­sant à des cir­cuits courts, on ré­duit consi­dé­ra­ble­ment les in­ter­mé­diaires et les sur­coûts (pla­te­forme lo­gis­tique, en­tre­pôts fri­go­ri­fiques, semi-remorques char­riant des ca­gettes à tra­vers toute l’Europe, …). Une agri­cul­ture pay­sanne de­mande aussi moins d’investissements en ma­té­riel, donc moins d’ouvriers à la chaîne pour construire des gros tracteurs.

Où se­ront tous ces gens li­bé­rés de la né­bu­leuse agro-alimentaire in­dus­trielle ? Aux champs. Si la nou­velle agri­cul­ture pay­sanne n’est pas plus coû­teuse que le mo­dèle in­dus­triel, alors on aura sim­ple­ment trans­formé des tra­vailleurs ur­bains en pay­sans. Au pas­sage, en re­peu­plant ainsi les cam­pagnes, on ré­duit les dis­tances entre pro­duc­teur et consom­ma­teur, ce qui amé­liore en­core l’efficacité.

Pour que ce sys­tème ne soit pas plus coû­teux que le sys­tème ac­tuel (et je ne compte pas les coûts ca­chés), il fau­drait qu’un pay­san tra­vaillant en cir­cuit court (AMAP ou mar­ché de pro­duc­teurs) puisse nour­rir 7 fa­milles. Ca doit être fai­sable, non ?

  • Le potager du paresseux - Produire en abondance des légumes bio en phénoculture, sans compost, sans travail du sol, sans buttes - nouvelle édition augmentée et illustrée (02)
  • 100g de Granules de Kéfir d’Eau o Fruit + Instructions + Recettes + Aide et conseils en français - KEFIRALIA®
    100g de granules. Il s’agit d’une culture authentique et vivante de kéfir d’eau. Elle contient une plus grande concentration de levures et une microflore différente à celle du kéfir de lait. Ce sont d’authentiques granules de kéfir pourvues d’une haute micro-diversité allant persister toute la vie et vous permettant de générer 1-2L de kéfir d’eau tous les 2 jours. Nir de la sorte plus de kéfir ou en offrir à des proches ou à des amis. Quantité recommandée au moins 2 verres par jour. Économisez en probiotiques. Obtenez une boisson probiotique ayant beaucoup plus de qualité que les boissons commerciales grâce à nos cultures. Notre produit est garanti microbiologiquement, nous effectuons pour ce faire des analyses périodiques de qualité probiotique. On inclut un manuel de soins et de production de kéfir, en plus quelques délicieuses recettes. Elles se reproduiront constamment, en pouvant obtenir de la sorte plus de kéfir ou en offrir à des proches ou à des amis. En cas de problèmes ayant trait à votre culture, on vous assistera et on procédera à son remplacement. Notre produit est garanti microbiologiquement, nous effectuons pour ce faire des analyses périodiques de qualité probiotique.
  • ORIGEENS YERBA MATE BIO 1KG Grade Supérieur | Yerba Maté Vert Non Torréfié, Feuilles, Sans Tige et Non Poudreux | Boisson Energie et Detox
    🌿 YERBA MATE BIO - Les feuilles de notre Maté sont certifiées agriculture biologique : leur culture a été réalisée au Brésil sans utiliser de produits chimiques pour respecter la Nature et votre santé 🍃 QUALITÉ PREMIUM - Notre Yerba Maté est constitué exclusivement de feuilles de qualité, sans débris, tiges ou branches, pour vous offrir un maté non poudreux, sans amertume, avec un goût végétal subtil 🌿 INFUSION TRADITIONNELLE - Le maté est principalement consommé en Amérique du Sud où il est là bas très populaire et synonyme de convivialité! On le consomme à l'aide d'une bombilla et d’une calebasse que l’on fait volontier passer de main en main en famille ou entre amis 🍃 ÉNERGISANT ET DÉTOX - Le maté est riche en caféine et facilite la digestion et l’élimination des toxines, ce qui en fait un véritable allié minceur au quotidien 🌿 PLAISIR ET QUALITÉ - ORIGEENS est une marque française fondée par 3 passionnés qui propose une variété de matés et d’infusions de qualité certifiés BIO. Nous les sélectionnons avec soin pour leurs qualité gustative et leur propriétés ! 🍃 PRÉPARATION - 1 cuillère à soupe de yerba maté pour une tasse de 250ml. Humidifiez le maté avec de l’eau froide avant de verser une eau frémissante. Infusez entre 5 et 8 min et… bonne dégustation!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *