Les soins du gazon

Le gazon, la base du jardin

Sans aucun doute, le gazon est la base et la partie principale de tout jardin, privé ou public. Pour cette raison, il ne faut pas négliger son importance au moment de donner forme à l’espace et il est nécessaire de connaître certaines de ses caractéristiques, afin de le planter le plus adéquatement possible. En outre, on ne doit pas oublier l’importance décorative de cet élément, qui crée des zones idéales pour la mise en place de fleurs ou de plantes.

De même, le gazon fournit une base lisse et douce afin qu’il se transforme en espace accueillant et zone de jeu pour les plus petits. Cependant, celui-ci est généralement l’élément moins surveillé du jardin, malgré sa grande utilité et le fait qu’il ne requiert pas d’attention excessive. Dans la majorité des cas, le seul traitement qu’il reçoit est d’être habituellement coupé.

Types de gazon

Le gazon est un type d’herbe, desquelles il existe dans le monde des milliers de classes connues. Elles ne sont pas toutes employées comme gazon, puisqu’elles doivent être capables de supporter les coupes habituelles et de former un tapis et une couverture dense. Suivant l’objectif avec lequel il est planté, on emploiera l’une ou l’autre classe, bien qu’on effectue généralement des mélanges entre différentes herbes pour obtenir des exemplaires satisfaisants.

Le gazon de jardin, à l’exception de celui qui est récemment planté, sera immédiatement envahi par les espèces d’herbes indigènes. Pour éviter cela, on doit surtout suivre une stricte routine de culture, surtout quand le gazon est planté avec une fonction d’ornement. Il y a plusieurs types qui sont utilisées dans l’élaboration des jardins. Certaines sont particulièrement appropriés pour des zones de petite taille, où le sol est sec et sablonneux. Ils sont caractérisés par leurs feuilles aromatiques qui forment une couverture dense sur le sol.

D’autre part, on trouve le thym sauvage, un gazon qui requiert seulement un élagage annuel, qui doit être fait après la floraison. Pour sa part, la camomille est une plante qui possède les feuilles étroites et des fleurs larges et blanches semblables aux marguerites. Pour les zones de climat sec, le trèfle des marais blanc ou néerlandais est très utile, qui fournit une belle couverture verte qu’il ne jaunit pas ni aux époques les plus sèches. Le trèfle des marais élabore une couverture très verte, son entretien est facile, mais il a besoin d’un sol alcalin pour prospérer.

Avant de planter

La première chose à faire avant de planter le gazon est de préparer correctement la zone où il va être placer, afin que le sol se trouve dans des conditions optimales. Ainsi, si le gazon va être ensemencé pour la première fois, il convient qu’il soit à ciel ouvert ou, dans le cas contraire, ne pas avoir plus d’un demi-jour d’ombre en été, parce qu’il ne croîtra pas avec la force nécessaire.

Si le sol contient un excès de sable ou de plâtre, il doit être enrichi d’une couche de trois à cinq centimètres de mousse. Si le sol est suffisamment riche, ceci n’est pas nécessaire, mais ce n’est pas mauvais non plus, puisque l’application d’engrais est toujours positive pour le gazon. Le pas suivant à effectuer est de vérifier la dénivelation du terrain, ainsi que le drainage, pour postérieurement râteler la terre jusqu’à une profondeur de quelque quinze centimètres, en essayant d’éliminer toutes les bosses. Cette préparation du terrain peut être effectuée pendant toute l’année, sauf quand le sol est mouillé ou boueux.

Plantation

Une fois qu’on a effectué la préparation du terrain, il est nécessaire de procéder à l’ensemencement, qui peut être mené à bien, également, à toute époque del année, excepté en hiver. Cependant, on désigne l’automne comme le meilleur moment, puisque les pluies de cette saison favoriseront le développement de l’herbe. Quant aux semences, il convient de souligner qu’elles sont très petites, c’est pourquoi il ne convient pas d’ensemencer quand il y a du vent et on s’assurera que le sol soit légèrement humide.

Les semences doivent être généreusement administrées pour que le gazon soit capable de couvrir tout le sol, mais l’excès de semences peut provoquer que les plants soient décomposés. Ainsi, dans des sols assez fertiles on doit appliquer trente grammes par mètre carré, tandis que dans des sols plus pauvres, il faut augmenter ce chiffre jusqu’à soixante grammes. La meilleure méthode pour ensemencer consiste à placer des cordes tendues à une distance d’un mètre entre elles. Postérieurement, on prépare de petits tas de trente grammes avec les semences et on marque dans le sol la surface qui correspond à un mètre carré. Finalement, il faut distribuer les semences de manière régulière. Une fois semé, il convient de râteler le sol pour aider les semences à pénétrer dans la terre.

Un des éléments les plus décoratifs du jardin est le gazon. Mais il faut d’abord savoir comment le planter et quel est le lieu approprié. Le premier pas est de chercher un lieu dégagé qui ne soit pas près des arbres et, si possible, d’accès difficil aux animaux (chien, …). En été, il faut avoir suffisamment de soleil, plus de la moitié de la journée.

Deuxièmement, il faut mener à bien l’ensemencement. La méthode la plus traditionnelle, bien que plus difficile, est de le faire à la main. Il faut d’abord marquer avec des pieux et des cordes le gazon, en formant des bandes d’un mètre de large et de la longueur que vous souhaitez. La quantité de semences qui doivent être ensemencées varie d’un sol très fertil à un sol moins riche. Dans le premier cas, pour chaque 0.8 m², il faut 16 g de semence. Dans le cas contraire, il convient de doubler la quantité.

Une solution rapide

Les mottes sont des morceaux d’herbe qui ont déjà été plantés, détachés du sol et enroulés. Généralement, y adhère un sol de 2 centimètres. De cette manière, on peut disposer d’un gazon instantané et, ainsi, éviter l’érosion des côtés.

Fertiliser le gazon

Vers la fin du printemps, et de manière uniforme, il convient de nourrir le gazon avec un engrais adéquat. La quantité précise qui ne doit pas être dépassée est de 100 grammes pour chaque 0.8 mètres carrés. Et, quand arrivera l’automne, on appliquera un engrais avec faible contenu en azote par rapport à l’acide phosphorique et au potassium.

Irrigation et aération

Si le gazon ne dispose pas de l’eau nécessaire pour son développement, il deviendra de couleur jaune ou marron, il sera sec et mourra. Le remède est très simple : l’arroser abondamment. Et en plus fréquemment en été et quand il fait chaud.

On doit lentement verser l’eau et dans des quantités généreuses, comme pour tremper quelque 2.5 centimètres de sol. Si on dispose de peu de temps pour mener à bien cette tâche, on utilisera un tuyau d’arrosage (le meilleur est celui qui a le jet le plus fin).

Quant à l’aération, elle favorise la croissance, saine et heureuse, du gazon, en l’oxygénant. Cela doit être fait avec une fourche de jardin en introduisant ses dents jusqu’à 8 centimètres de profondeur. Il faut décaler jusqu’à ce que le gazon soit levé un peu et répéter l’opération chaque quart d’heure. On peut aérer le gazon quand on le juge nécessaire, bien qu’on l’effectue généralement en automne.

Période de moisson

Le meilleur traitement de conservation est la moisson. En plus d’être maintenu attrayant, on évitera qu’il s’avère gênant. Mais on ne doit pas le couper de trop parce que, de cette manière, il s’affaiblit.

Si le gazon est fin, on doit faucher tous les deux ou trois jours ; s’il est d’épaisseur moyenne, tous les trois à cinq jours. Et, s’il est d’une autre catégorie, au moins une fois par semaine.

Comment retirer le gazon fauché?

Si on dispose d’une tondeuse automatique, il ne faut pas se préoccuper par cette tâche, puisque la plupart d’entre elles ont un bac qui reprendra l’herbe de manière automatique. S’il n’en est ainsi, on utilisera un rateau.

Il faut prêter attention à la direction lorsqu’il est fauché. On doit éviter les dissimulations, les passages en double et les changements brusques de direction. Il est important, en outre, de s’assurer que le gazon est sec, puisque l’humidité obstrue la machine et le bac à herbe car la coupe prendra plus de temps. Quand les vents froids souffleront, il est recommandé de ne pas couper le gazon, puisque les vents froids peuvent brûler les extrémités de l’herbe.

Finalement, rappeler que les mouvements répétés vers l’avant et vers l’arrière sont à l’origine des coupes irrégulières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *